You are here: Home » aliments » Les secrets de la vitamine C : Une vitamine tout-terrain

Les secrets de la vitamine C : Une vitamine tout-terrain

Elle fait partie de notre trousse à pharmacie et l’on croyait tout savoir sur ses propriétés, tant son utilisation est ancienne. Et pourtant, la vitamine C, ou acide ascorbique, vient de livrer ses nouveaux secrets dans des domaines aussi variés que le cholestérol ou les crampes musculaires. De récentes études ont validé son rôle dans la protection des vaisseaux sanguins, la prévention de l’asthme et de certains cancers, ainsi que dans le maintien correct du taux de sucre chez les diabétiques. Cette vitamine panacée dévoile ses armes dans la prévention des maladies cardiaques et dégénératives. Des résultats étonnants et porteurs d’espoir.

vitamine c

On sait depuis un certain temps que la vitamine C joue un rôle clé dans le domaine cardio-vasculaire, grâce à des travaux sur la relation entre les effets de l’oxydation, l’inflammation, et l’athérosclérose. Cette maladie est une inflammation chronique des parois des artères, due à une accumulation de globules blancs macrophages, et menant à la formation de plaques et éventuellement à l’infarctus. Les dernières recherches en date démontrent que la vitamine C réduit l’accumulation de plaques. Dans la première phase de l’athérosclérose, les monocytes (globules blancs) viennent se coller à l’endothélium (la couche de cellules qui tapisse les parois internes des vaisseaux sanguins), provoquant un durcissement et une perte d’élasticité. Des chercheurs britanniques ont étudié les effets d’une faible supplémentation en vitamine C
(250 mg/jour) sur ce processus d’adhésion. Le programme s’est porté sur 40 adultes en bonne santé, dont un certain nombre étaient déjà déficients en vitamine Cet avaient de ce fait une adhésion des monocytes 30 % supérieure au reste du groupe. Dès la sixième semaine, le niveau d’adhésion des monocytes était retombé de 37 %. Une autre étude démontra que la même dose de vitamine C avait la capacité de normaliser une molécule utilisée par les globules blancs pour adhérer à l’endothélium. En résumé, la vitamine C contribue à préserver la santé vasculaire et à lutter contre le disfonctionnement endothélial et les maladies cardio-vasculaires.

Surpoids, tension artérielle et IMC

Mais ce n’est pas tout. Nous savons que nos taux de cholestérol, tension artérielle, et IMC (Indice de masse corporelle) sont des bonnes indications sur notre état de santé, la corrélation entre poids et santé n’étant plus à prouver.
Une étude britannique a mené une observation en double aveugle durant six mois sur 40 hommes et femmes âgés de 60 à 80 ans, avec pour la moitié 500 mg/jour de vitamine C et un placebo pour l’autre moitié. Les résultats furent impressionnants : la tension artérielle systolique diurne chuta en moyenne de 2 mm Hg, avec des baisses plus importantes chez les sujets ayant une haute tension. Les femmes eurent un supplément de bons résultats puisqu’elles bénéficièrent d’une légère augmentation de leur taux de HDL (le bon cholestérol).

Conclusion :

la prise de vitamine C contribuerait à diminuer les risques de maladies cardio-vasculaires et d’infarctus.
Ce test fut corroboré par une autre recherche menée par des chercheurs en Caroline du Sud (USA), qui constatèrent de surcroît une baisse des tensions diastolique et systolique.
Une autre programme clé de l’université d’Arizona en 2007 a porté sur la corrélation entre l’IMC, le tour de taille et les taux de vitamine C dans l’organisme de 118 hommes et femmes sédentaires, dont 54 % obèses et 24 % en surpoids. Les personnes ayant les plus bas taux de vitamine C avaient un IMC et un tour de taille plus importants que les supplémentés. L’étude révéla aussi que les femmes sous vitamine C bénéficiaient d’une hausse d’adiponectine, une hormone « anti-graisse ».